9 histoires coquines de one-nights

shutterstock_77075662« Nous nous étions rencontrés sur un site de rencontres sexuelles assez osé. Au tout début, j’avais été attirée par son look bad boy, mais aussi par le fait qu’il enseignait le skateboard à des enfants. Je trouvais ça cute ! Bref, nous avions fixé la première rencontre à son lieu de travail où rien de sexuel n’était supposé arriver… Jusqu’à ce que je lui donne un lift en voiture. Je lui avais littéralement sauté dessus et lui avais fait une fellation dans ma voiture stationnée dans une ruelle, alors que la pénombre tombait. C’était très hot, et toutes mes fenêtres de voiture étaient complètement embuées! » Marie-Sophie, 24 ans

« Il y a environ une quinzaine d’années, j’étais barmaid dans un club. Il y avait un très bon client qui me laissait des sommes faramineuses en pourboires. Il était très pointilleux quant à ses cocktails et exigeait que je lave devant lui le verre dans lequel je lui servirais sa boisson. Je le trouvais très arrogant et limite désagréable, mais il était si beau que je fondais d’envie lorsqu’il était là… Un soir, il m’a confié qu’il dominait presqueshutterstock_141475540 professionnellement des femmes depuis ses 22 ans. Ça m’a tellement excitée que j’en perdais mes moyens ! Alors que je lui avais servi un cocktail contenant trop de glace, il m’avait recraché le tout dans le visage. J’étais stupéfaite ! Je bouillais de rage ! Il avait osé me chuchoter à l’oreille, d’une voix suave: « Avoue que tu as aimé ça ». J’avais envie de demander à un des bouncers de le sortir du club, mais j’étais aussi un peu sous son charme. Malgré le fait que je trouvais ça complètement malsain, lorsque mon quart de travail s’est terminé, il m’a proposé de me ramener chez moi, ce que j’ai accepté. Finalement, nous avons fini dans une chambre d’hôtel où j’ai pu faire connaissance avec son côté « maître »… C’était une des choses les plus excitantes que j’ai faites de ma vie ! Par la suite, je ne l’ai plus jamais revu à mon bar… » Nathalie, 39 ans.

3« Quand j’étais plus jeune, je fréquentais un collègue de travail. Personne n’était au courant, mais nous nous voyions tous les week-ends chez moi… C’était clair entre nous : c’était purement sexuel. Un soir, alors que nous prenions un verre chez lui dans son salon, un de ses amis était venu lui porter un DVD qu’il lui avait emprunté. Il avait ensuite décidé de rester pour boire une bière. Je devais l’avouer : il était plutôt sexy ! Après quelques verres, ma fréquentation s’était mise à m’embrasser et à me caresser les seins. Puis, tout doucement, son ami s’était sensuellement invité à nos ébats. Finalement, nous avions fait un trip à trois… Deux hommes sur moi, c’était absolument exquis ! » Audrey, 26 ans.

« Un soir d’hiver, alors que je n’avais rien à faire, j’ai décidé d’ouvrir ma webcam et de jaser un peu sur un site de rencontres sexuelles. J’avaisshutterstock_33043375 envie de faire une folie… alors j’ai mis mon ensemble d’infirmière en PVC ! Évidemment, j’ai attiré beaucoup de gens sur ma webcam, même si j’étais beaucoup plus habillée que les autres filles en ligne. Je me suis mise à discuter avec un gars habitant une ville à côté de la mienne. Il m’attirait énormément. On a alors joué le jeu de l’infirmière et du malade, sur le Web… Jusqu’à ce qu’il m’invite chez lui. Pourquoi pas ! J’ai mis mes bottes blanches à talons et mon manteau d’hiver qui cachait ma robe d’infirmière, puis je me suis rendue chez lui. Le fait que j’étais habillée en infirmière chez un inconnu, c’était un peu bizarre – et, en y repensant, pas très sécuritaire ! Mais cela ajoutait quelque chose de très excitant et « d’interdit » à la situation. Le sexe fut torride, et sa température monta certainement ! » Mélanie, 22 ans.

shutterstock_93222616« La veille de Noël, il y a quatre ans, moi et ma colocataire avions bu un peu trop de vin… L’idée nous était venue d’inviter un ami pour baiser… Comme nous étions sur le party, le moment était tout indiqué. Mon amie avait envoyé un message à une de ses connaissances en me disant : « Attends de voir ! Il est un peu niaiseux, mais vraiment beau ». Nous avions demandé au gars en question de passer par la porte de derrière qui s’ouvrait dans ma chambre, pour une raison que j’ignore. Après avoir revêtu des corsets et des sous-vêtements sexy, nous avions attendu qu’il ouvre la porte débarrée… 5 minutes plus tard, nous étions tous les trois dans le lit, très excités. Finalement, il était reparti comme il était arrivé : par la porte de derrière ! » Jasmine, 30 ans.

« Quand j’avais 25 ans, un chanteur québécois populaire – dont je tairai évidemment le nom – m’était tombé dans l’oeil… Comme pas mal de filles au shutterstock_163882553Québec, je fantasmais intensivement sur lui chaque fois que je le voyais à la télévision. Évidemment, je croyais dur comme fer qu’il était inatteignable. Puis, un jour où je me sentais particulièrement inspirée, je lui ai envoyé un message sur son site Web. C’était un courriel particulièrement explicite et cochon. À ma très grande surprise, il m’avait répondu, quelques jours plus tard : « Wow, c’est donc ben intriguant ! » Nous avions échangé quelques messages sur Facebook puis avions décidé d’aller prendre un café. Notre discussion s’était ainsi poursuivie durant une promenade à pied, dans les rues de Montréal. Il m’avait embrassée dans une ruelle, puis nous avions baisé entre deux immeubles, à la noirceur . L’inconnu, la peur de se faire prendre…j’en ai encore des frissons en y repensant ! » Jessica, 31 ans.

shutterstock_57762268 copy« Je m’étais inscrite sur un site de rencontre et y avais rencontré un gars vraiment génial. Il était beau, intelligent, très drôle… Il avait tout pour me plaire ! Nous avions discuté sur Facebook pendant 2 semaines et la tension sexuelle était à son comble… malgré le fait que j’étais extrêmement stressée à l’idée de le rencontrer. Nous nous étions échangés des dizaines de photos, puis il avait eu la superbe idée d’arriver à notre première rencontre les yeux bandés, sans pouvoir me voir… C’était assez risqué de sa part; j’aurais pu être une maniaque sexuelle ! Sans blague, il devait être encore plus nerveux que moi, puisqu’il avait placé un cache-yeux en cuir sur son visage, juste après avoir cogné à ma porte. Et quand j’avais ouvert la porte… wow ! Il sentait si bon et avait le plus beau sourire du monde (j’exagère à peine). Je l’avais guidé jusqu’à mon sofa, puis m’étais assise à ses côtés. Après avoir discuté un peu, je m’étais penchée vers lui (il avait toujours le bandeau sur ses yeux) et avais respiré doucement dans son oreille en plus de l’embrasser dans le cou. Mes lèvres avaient frôlé les siennes… Finalement, après 30 minutes de tease, il avait retiré son cache-yeux. La première phrase qu’il avait alors dite était la suivante : « Wow, t’es encore plus belle en vrai qu’en photo ! » Nous avions finalement fait l’amour toute la nuit, puis, alors qu’il repartait chez lui au lever du jour, j’avais eu le sentiment qu’on ne se reverrait plus jamais – prémonition qui finit par se concrétiser. Dans le fond, peut-être savions-nous qu’aucun moment futur ne pourrait être aussi magique que cette première soirée… » Josée, 34 ans.

LE ONE-NIGHT
INTERNATIONAL
SELON LUI…

shutterstock_3924778« En vacances en Angleterre avec mon ami d’enfance alors que j’étais au cégep, j’avais passé une soirée assez arrosée dans un pub près de l’auberge de jeunesse où on dormait quelques nuits. Une belle grande brunette aux jambes infinies me fixait assez intensément toute la soirée, et j’ai décidé de lui payer quelques verres. Finalement, nous nous sommes embrassés près du bar, puis je l’ai attirée vers un coin plus sombre, près des toilettes. Après une rapide séance de préliminaires tout habillés, nous avons terminé le tout dans les toilettes des hommes, elle à genoux sur le bol fermé – pas très chic, mais hyper excitant. Inutile de dire que je n’ai jamais revu cette femme ! En fait, je ne me souviens même plus de son nom, mais je peux aujourd’hui me vanter d’avoir fait l’amour à une belle Britannique dans les toilettes sombres d’un pub ! » Christophe, 37 ans.

« L’été de mes 21 ans, j’étais allé travailler au Wisconsin, aux États-Unis, dans un parc aquatique où plusieurs étudiants étrangers travaillaient également. Sur le terrain adjacent au parc, il y avait une bâtisse réservée aux employés avec cuisine et dortoirs. Nous dormions tous là, filles et garçons. Un soir, alors que tous mes collègues fêtaient, une Ukrainienne et moi sommes allés dans les dortoirs, en silence, pour baiser… Nous avons commencé sur une chaise dans un local tout près, puis dans un des lits à deux étages qui grinçaient. C’était quand même exotique, aux États-Unis, avec une Ukrainienne ! » Jean-Michel, 28 ans.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s